Les belles histoires

Se réjouir de chaque réussite

Grandir, s'épanouir, se rassurer, se construire... chacun de nos bénéficiaires a sa propre histoires à écrire. Aïna les soutient et les accompagne dans leurs parcours et l'accomplissement des étapes à franchir pour devenir autonome. Ici, nous vous racontons quelques histoires, qui comme à chacune nourrit notre engagement d'être là avec eux et surtout pour eux.

 
Image
L’histoire de Fidèle, placé au Centre depuis août 2017

« Fidèle est un petit garçon d’environ 7 ans qui ne marchait pas et souffrait de malnutrition. Sa famille étant sans ressource, le tribunal d’Antananarivo a été saisi. Encore hospitalisé, il a ainsi été placé par le Juge des enfants au Centre AINA de Malaza le 10 août 2017. Le Centre n’étant pas vraiment équipé pour accueillir Fidèle, nous avons eu très peur de ne pas pouvoir l’accueillir dans de bonnes conditions. Mais la bonne volonté de toute l ‘équipe pédagogique, l’amour des autres enfants ont permis de faire des miracles. En effet, Fidèle revient de loin. Mais nous sommes confiants ! Il a déjà pu quitter son état de malnutrition et a pu subir les opérations nécessaires suite à son accident. Paralysé au niveau des membres supérieurs droits, il apprend petit à petit, avec l’aide des kinés à se déplacer. Sa rééducation va prendre du temps mais l’équipe médicale pense qu’il retrouvera progressivement ses facultés motrices. Très souriant et joyeux, grand bavard, il exprime sa joie d’être au Centre parmi les autres enfants. Tous les enfants l’ont accueilli et c’est pour eux une grande leçon de vie que nous leur apportons. Actuellement, il suit des cours de remise à niveau tout en continuant sa rééducation. Ce sont des histoires comme celle-là que vous pouvez nous aider à écrire en soutenant l’association »

— Fidèle, chez Aïna depuis 2017

Image
Sylvia en formation Agriculture et Élevage

« Je m’appelle Sylvia RASOAMIARIMBOLANA, je suis la mère de Fiderana.
Au lycée, j’ai fréquenté un homme et je suis tombée enceinte de lui à l’âge de 19 ans mais ensuite, il n’a pas voulu reconnaître notre enfant. À cause de ma grossesse, j’ai dû arrêter le lycée et élever seule notre enfant. À la maison, ma relation avec ma famille est devenue tendue, des disputes ne cessaient pas de se multiplier. Je tombais toujours malade car je faisais des hémorragies, j’ai eu des maux d’estomac, ainsi que diverses maladies durant et après ma grossesse, en plus de mes chagrins. À cause de tout cela, je n’ai rien pu faire, à part rester à la maison et m’occuper des tâches ménagères jusqu’au jour où j’ai fait connaissance de l’association, au début, ma mère n’était pas convaincue mais après une brève explication, elle a fini par accepter. Puis j’ai suivi les démarches et j’ai fini par intégrer le village AÏNA.

Au Village, on a tout de suite commencé par la remise à niveau et ensuite, on nous a formés pendant deux ans en agriculture et élevage. En plus de ma formation, nous avons pu bénéficier de diverses soutiens et activités. L’association nous offre nos repas de tous les jours, sauf pour les week-ends. Pendant mes jours de formation, mon fils est gardé à la crèche par les auxiliaires puéricultrices du Village. Au début, c’était difficile mais après quelque temps, il a fini par s’y habituer et il a beaucoup évolué. Au mois de février, nous avons passé aux examens officiels. J’ai réussi et je vais bientôt avoir le certificat pour me permettre de trouver un emploi après la fin du programme à l’association. Après les examens, on est dans la réalisation de nos projets individuels et l’association va nous accompagner pendant un an pour le démarrage de notre projet. Concernant les projets, nous avons eu le choix mais moi, j’ai opté pour l’élevage de poules pondeuses et mon projet a débuté ce mois d’avril.

À part ce projet, on nous a donné des parcelles de terre qu’on peut cultiver et en faire une source de revenus. Pour résumé, AÏNA a changé ma vie et j’en suis très reconnaissante.. »

— Sylvia, mère chez Aïna depuis 2012

 

Parrain, marraine, laissez votre témoignage...



Adhérents & Parrains

Chez Aïna, Enfance & Avenir, on peut être adhérent, donateur, parrain et/ou bénévole.

Adhérer, c’est payer une cotisation annuelle de 20 euros. C’est le premier geste pour nous soutenir et être informés de nos actions.

Parrainer l’association et ses actions, un enfant c’est aller plus loin dans votre soutien avec une aide mensuelle de 25 euros minimum. Parrains et marraines peuvent rendre visite à leurs filleul(e)s.

Parcourir un bout de chemin avec eux

Etre bénévole à La Réunion ou en métropole, c’est nous aider ponctuellement ou de manière continue selon vos disponibilités. A Madagascar, les propositions de bénévolat sont accompagnées d’un projet sur une durée définie avec les Co-directeurs et les équipes en place.


Devenir Bénévole
Parrainez