Crèches solidaires

Les résultats du premier programme sont positifs et encourageants.

Sur un total de 50 mamans accueillies à la crèche solidaire d’Isotry, entre 2011 et 2015, 17 se sont désistées surtout à cause de la présence d’un compagnon. Sur les 33 mamans restées, 90 % ont trouvé un emploi et se sont donc intégrées. 75% de celles-ci sont encore en activité. 99 % de leurs enfants sont scolarisés et bénéficient d’une mutuelle santé.

Sur 20 mamans accueillies à la crèche solidaire de Laniera, entre 2012 et 2015, 12 ont terminé le programme, 4 font aujourd’hui de l’élevage et 8 du maraîchage. 100% des enfants sont scolarisés.

Ces jeunes femmes ont toutes arrêté leur scolarité entre le primaire et le lycée. La raison : une grossesse précoce et inattendue, bien souvent une désillusion vis-à-vis du père de leur enfant, et la nécessité de continuer à vivre au quotidien pour préparer l’arrivée de cet enfant puis trouver les moyens de survivre quotidiennement dans des conditions extrêmement difficiles.

12 ont terminé le programme, 4 font aujourd’hui de l’élevage et 8 du maraîchage.
100% des enfants sont scolarisés.
 

Les crèches d’Isotry et de Laniera devenues des écoles maternelles solidaires


L’aventure du centre démarre en 2006 par l’acquisition d’un terrain de 3 000 m² situé à Malaza, un petit village de 2000 habitants, entouré de rizières, niché à 1200 mètres d’altitude sur la commune d’Ampitatafika, à 12 kilomètres d’Antananarivo.

Au cours de l’année 2008, le projet se concrétise. En quelques mois, le Centre d’accueil voit le jour. Très vite, l’assistante sociale d’Aïna, Enfance & Avenir repère des enfants en détresse et démarre ses enquêtes sociales afin de présenter des dossiers au Juge des enfants d’Antananarivo. Dans le même temps, le Centre reçoit l’agrément de “Centre d’accueil” du Ministère de la Population et des Affaires Sociales malgache.

Le 18 décembre 2008, le Centre accueille ses premiers pensionnaires : 18 enfants orphelins de mère et/ou de père confiés sur ordonnance du Juge des enfants. Ils viennent des bidonvilles et des rues de la capitale.

La crèche solidaire du Village

Les deux crèches solidaires d’Isotry et de Laniera n’en font donc plus qu’une au « Village Aïna ». Depuis le début de l’année 2016, 60 mamans et leurs enfants intègrent progressivement ce nouveau programme dont l’objectif reste le même : aider les jeunes mères à améliorer leur situation, avec une pleine prise en charge de l’enfant pendant leur cursus. Apprendre à mieux s’occuper de soi et de son enfant, tout en construisant son avenir : un vaste programme porteur d’espoir et de réalisme. D’abord, des ateliers mères-enfants leur permettent d’apprendre à aimer et jouer pleinement leur rôle de maman survenu trop tôt dans leur vie.

Du lundi au vendredi, après le rituel du bain, les mamans confient leurs bébés aux auxiliaires puéricultrices de la crèche, et les enfants aux institutrices de la maternelle avant de se rendre en formation.

La formation des mamans

Après 4 mois de remise à niveau, elles commencent un cursus de 21 mois de formation professionnelle agriculture et élevage pour la majorité ; couture ou coiffure pour certaines.

Les mamans arrivées en janvier 2016 sont actuellement en formation pratique sur un nouveau champ-école. Le but : coller au maximum à la réalité de l’environnement pour leur permettre ensuite de développer des activités génératrices de revenus.

Les cours se terminent vers 15h30. Les mamans préparent les enfants pour rentrer à la maison, munies du repas du soir donné par l’association.