Bienvenue sur le site de l'association Aïna, Enfance & Avenir

Réinventer la vie des enfants démunis

« Aïna » signifie « la vie », « le souffle de vie » en malgache. « Fournisseur d’avenir», Aïna, Enfance & Avenir intervient depuis 2005 à Madagascar, l’un des pays les plus pauvres de la planète, auprès d’une population extrêmement démunie : les enfants des rues, abandonnés, orphelins, ou enfants en danger, ainsi qu’auprès de jeunes mères mineures sans ressources.

Placé à la 151ème place selon l’IDH (indice de développement humain), défini par le PNUD, à partir de critères tels que l’espérance de vie, le niveau de vie et l’éducation, Madagascar est un pays où 76% de la population vit en dessous du seuil de pauvreté (soit moins d’un dollar / par jour).

C’est à la dure réalité des bidonvilles que se sont confrontées les deux fondatrices d’Aïna, Nataly Charbonnier et Isabelle Boursier. Ces femmes de cœur ont décidé d’agir, pour venir en aide aux enfants des rues, et à leurs mamans mineures. Elles n’imaginaient pas que 10 ans après, elles seraient rejoint par tant de bénévoles, et emploieraient plus de 80 personnes à Madagascar, concrétisant, avec l’aide de tous les parrains, adhérents, donateurs, et partenaires, un projet centré sur l’hébergement, l’éducation et l’insertion professionnelle, dont les premiers résultats concrets confirment l’efficacité.

Association à La Réunion et ONG reconnue à Madagascar, Aïna, Enfance & Avenir est sans appartenance politique ou religieuse.

À La Réunion, en métropole et en Belgique, une équipe bénévole met en place des actions qui permettent de financer les activités de terrain à Madagascar grâce aux sommes perçues dans le cadre des manifestations, des parrainages, des dons et des subventions.

Aïna, Enfance et Avenir ne vise qu’un seul objectif : réinventer la vie de ces enfants démunis en les aidant à se construire un avenir et en prenant en charge leurs mères adolescentes.

Pour atteindre cet objectif, l’association agit au quotidien dans trois domaines : la mise en place de structures adaptées aux besoins des enfants, l’amélioration de la vie quotidienne des enfants et l’aide à la scolarisation.

En quelques clics, aidez les vous aussi !

0
Structures à Madagascar
0
Employés à Antananarivo
0
Bénéficiaires (enfants et jeunes mamans)
0
Antennes (La Réunion, Paris, Ardèche, Limousin, Belgique)
0
Bénévoles actifs
0
Parrains (donnateurs réguliers)

Madagascar, un des pays les plus pauvres du monde

Un phénomène récent est observé ; une forte accélération de l’urbanisation induit une augmentation des populations migrantes dans la capitale, Antananarivo. Cependant, bon nombre de ces familles migrantes s’entassent et survivent dans les bas quartiers de la ville. Marginalisées, ces populations vivent dans des conditions d’insalubrité et de très grande précarité, économique, alimentaire. Ces territoires surpeuplés se situent sur la plaine rizicole inondable ce qui accentue encore la précarité de leur habitat, pour la plupart détruit à chaque saison des pluies (de janvier à mars).

C’est dans ces quartiers et dans ce contexte qu’Aïna, Enfance & Avenir a engagé ses premières interventions d’abord auprès d’un public d’enfants des rues, abandonnés ou orphelins. En créant un centre d’accueil pour ces enfants placés sur ordonnance de garde par le juge pour enfants, Aïna, Enfance & Avenir a développé une qualité de service reconnue et fondée autour d’une prise en charge globale en permettant à chaque enfant de se sentir dans un « comme chez lui » qu’il n’a jamais eu et de se construire une vie. Dans la continuité, Aïna, Enfance & Avenir s’engage aujourd’hui vers le développement d’un centre dédié à l’accueil des plus âgés d’entre eux : « La Maison des Ados ».

Face au nombre incommensurable d’enfants dans cette situation, l’objectif a ensuite été de s’attaquer aux causes du phénomène de l’abandon en intervenant auprès des jeunes femmes mères.

En 2011 puis 2012, deux crèches solidaires ouvrent leurs portes via un centre de jour accueillant des jeunes mamans mineures et leurs enfants en bas âge. Parmi les premiers partenaires de ce projet pilote, le Ministère de la Population et des Affaires Sociales malgache met à disposition de l’association des locaux sur le site d’Isotry en plein bidonville urbain de la capitale puis sur celui de Laniera en milieu périurbain rural.

Dix ans après, l’association ouvre le Village Aïna à Antanandrano, dans la banlieue Nord-Ouest d’Antananarivo. Le vaste site, mis à disposition par la Fondation Telma, regroupe les programmes des premières crèches solidaires, la nouvelle Maison des Ados, un Centre de Formation Agriculture, Elevage et Artisanat, une bibliothèque et une salle informatique pour tous ainsi que le Centre de soins pédiatriques. Les crèches d’Isotry et Laniera deviennent des écoles maternelles solidaires en septembre 2015.

(MAJ 4 août 2016)

Découvrez nos dernières actualités

Redéfinir l'avenir de ces enfants



Vous aimez ? Faites-le savoir !
Facebooktwittergoogle_plusredditlinkedinmail